L’agilité est-elle l’avenir de la logistique ?

L’agilité est-elle l’avenir de la logistique ?

Logistique agile

L’approche agile est maintenant bien connue et, à l’ère de la pandémie, apparaît comme un moyen d’être bien plus réactif face à cette crise. Parmi les nombreux secteurs à l’avoir adoptée dans leur conduite de projet, la logistique s’y prête particulièrement bien. En effet, pour les gestionnaires, un des défis majeurs à relever actuellement est l’augmentation de la capacité d’adaptation de la logistique face aux variations de flux. Acceliis vous emmène pour un tour d’horizon de ces méthodes appliquées à la logistique.

L’approche Agile

On parle beaucoup de la méthode Agile, ou plus exactement des méthodes agiles. Pour autant, n’est pas toujours bien évident d’en saisir les spécificités et les applications à première vue. 

Pour rappel, l’approche agile est un ensemble de méthodes de pilotage de projets, qui nous vient de l’ingénierie informatique. Chez Acceliis, en tant que développeur et intégrateur de solutions de traçabilités logistique, dont des logiciels, nous maîtrisons et avons bien entendu adopté cette vision de la gestion de projet.

Nous n’allons pas entrer ici dans le détail des différentes méthodes (dont SCRUM, qui est probablement la plus connue). Ce qui nous importe, c’est de comprendre en quoi cette approche peut permettre à la logistique de s’adapter au mieux à cette période pendant laquelle certains ont l’impression de piloter à l’aveugle.

Les caractéristiques de l’approche Agile

Posons nous alors cette question simple : qu’est-ce que l’agilité, au sens premier du terme ? 

Agile

1 – Qui a de la facilité et de la rapidité dans l’exécution de ses mouvements. ➙ leste, vif.

2 – AU FIGURÉ Prompt dans les opérations intellectuelles. Un esprit agile. ➙ vif.

(Le Robert)

Appliquons maintenant cette définition à la conduite de projet. Ou plutôt, permettez-nous une métaphore, quitte à grossir un peu le trait.

Imaginons un gestionnaire de projet, chaussures de sécurité aux pieds, gravir pas à pas une montagne pour y livrer un colis à son client installé au sommet. Il accomplit sa mission en autonomie. Cela va lui prendre bien du temps. Et une fois au sommet, qui sait si le contenu de ce colis répondra encore aux besoins du client, qui ont pu évoluer depuis le jour où il en a passé commande… Cela pourrait représenter la gestion de projet classique, du moins dans certains secteurs.

Que faudrait-il pour rendre notre gestionnaire plus agile ? Comment livrer plus rapidement une version opérationnelle et satisfaisante du projet ? 

Dans les grandes lignes, il faudrait notamment :

  • Adopter une meilleure communication avec le client, et avec toutes les personnes impliquées dans le projet.
  • Développer des versions intermédiaires du projet plutôt qu’une version finale comme seul horizon de déploiement.
  • Répondre au besoin le plus important en premier.

L’approche agile est centrée sur la satisfaction du besoin du client. Pour cela, on hiérarchise les fonctionnalités, pour commencer par la plus importante. Cela signifie donc que le “produit” est adapté au fur et à mesure de la conduite du projet. L’approche Agile permet donc une accélération de son déploiement.

Consulter le “manifeste agile

Comment développer l’agilité de la chaîne logistique ?

Comme nous venons de le voir, la plupart des caractéristiques de l’approche agile sont de l’ordre du bon sens et semblent particulièrement bien adaptées pour augmenter la réactivité de la gestion de la supply-chain.

S’il est assez aisé de comprendre ce qu’est la méthode Agile à l’origine, il est parfois plus ardu d’en comprendre les adaptations aux différentes fonctions de l’entreprise. Nous assistons en effet à une explosions d’expressions associées :

  • management agile
  • entreprise agile
  • agilité de la GRH
  • coaching agile
  • etc

En logistique, ce qui préoccupe aujourd’hui les acteurs de la supply-chain, ce sont notamment les variations brutales de flux. Nous avons déjà abordé le sujet dans notre article précédent ( Covid-19 : comment la logistique s’adapte-t-elle à la crise ?).

Ruptures, engorgements, absence de visibilité sur les capacités des fournisseurs et les besoins des clients… Sans parler des nombreux secteurs qui sont à l’arrêt et du passage forcé au e-commerce. La logistique est sous tension et on a parfois l’impression que le pilotage se fait à l’aveugle. 

Face à ces défis, l’approche agile apparaît comme une solution plus souple et donc plus adaptée à la gestion actuelle. Comment opérer ces changements ?

Une supply-chain agile ne se limite pas aux services logistiques

Dans les faits, le manque de communication entre les différentes fonctions de l’entreprise est un fléau (et n’a pas attendu la Covid pour l’être….). Au-delà de cet esprit de service, c’est même l’image de l’entreprise en tant qu’entité indépendante qu’il faut remettre en question dans une approche agile :

  • Les propositions sont présentées rapidement, elles sont résilientes et donnent lieu à une application sans délai. Il peut notamment s’agir de ne plus avoir un seul fournisseur pour une référence nécessaire à la fabrication d’un produit, mais plusieurs, dans des pays différents afin de sécuriser le sourcing.
  • La communication est directe, si possible quotidienne, entre les intervenants des différents services. Le feedback est permanent. L’objectif est de fluidifier les process, d’amplifier ce qui marche !
  • La transmission des informations entre partenaires doit absolument être facilitée. Connaître la capacité de production de ses fournisseurs et les besoins de ses clients à court terme est indispensable. Pour cela, il est évident que la transmission des données est une priorité : la traçabilité est l’un des outils à déployer pour une meilleure visibilité. Acceliis vous propose des solutions sur mesure à mise en place rapide.

L’agilité vise à mettre en place, sans délai, des stratégies pour que les difficultés n’impactent plus, ou en tout cas le moins possible, la supply chain.

L’entrepôt agile

Rien de plus concret que le quotidien de l’entrepôt ! Optimiser les appros, communiquer avec son client pour s’adapter au mieux à ses besoins sont autant de pratiques indispensables. Et agiles. Mais sur place, dans les zones de stockage, de transit et sur les quais, comment cette agilité se traduit-elle ?

Nous avons parlé de communication interne et externe à l’organisation. Il va sans dire que, sur le terrain, l’information est capitale. Elle doit être, le plus possible, partagée en temps réel pour faciliter : 

  • l’accueil des flux amont,
  • le déclenchement automatique des commandes lorsque le seuil d’alerte est atteint. Ce point concerne aussi bien les flux amont et aval.
  • le suivi des expéditions
  • la gestion des retours. C’est une problématique très actuelle, avec l’explosion du e-commerce et, souvent, l’absence d’alternative pour le consommateur.

La digitalisation est la voie à suivre pour connecter l’entrepôt avec l’écosystème de l’organisation. La traçabilité accompagne le passage vers l’entrepôt agile, sans diminuer la productivité. Au contraire, avec nos solutions, le cariste n’a pas à descendre du chariot, ni même à ralentir. Un simple passage devant le capteur de MonoVisium ou MobiVisium permet de scanner tous les codes-barres d’une palette et de partager cette information en temps réel.

Supply Chain, Entreposage, RFID, Codes-barres : Nos solutions

Aujourd’hui, l’entrepôt doit à tout prix maintenir une bonne gestion de l’espace. Ce qui n’est pas une mince affaire. Nous avons tous en tête, en ce mois de novembre 2020, l’image des magasins de jouets qui se débattent comme ils le peuvent avec le passage au click-and-collect. Des dizaines de paquets jonchent les allées, qui restent prêtes pour une éventuelle réouverture, et des collaborateurs débordés, entre téléphone et emballage essaient de sauver une partie du chiffre d’affaires. Dans l’entrepôt, où les flux habituels sont déjà implantés, la flexibilité n’est pas toujours plus évidente à adopter que dans une enseigne du jouet. On ne peut pas pousser les murs, et l’espace est déjà le plus souvent optimisé. 

L’agilité de l’entrepôt, c’est aussi voir au-delà de ses murs

Dans une démarche de logistique agile, il faut envisager d’autres types d’entrepôts :

  • l’entrepôt mobile, souvent urbain, répond à l’augmentation des flux issus du e-commerce et permet de mieux gérer les retours. Avec un déploiement rapide, parfaitement adapté à l’environnement agile de l’entrepôt mobile, MobiVisium est une solution mobile et autonome. Avec son coffret énergie embarqué et sa connexion au réseau wifi, il peut être utilisé dans toutes les configurations d’entrepôts. 
  • l’entrepôt de débordement apparaît comme une bonne solution face aux commandes de stockage et aux surproductions. Il permet donc de constituer des stocks stratégiques. Pour traiter les gros volumes, Acceliis a développé une solution dédiée : HyperVisium, qui permet de détecter, décoder et localiser de nombreux codes barres dans un vaste champ de vision. Avec un gain de productivité certain !

En adoptant une approche agile de la logistique, l’entreprise peut dès aujourd’hui mettre en place des stratégies pour ne plus subir ces tensions de plein fouet. Une personne agile, au sens premier du terme, évolue bien plus facilement dans un environnement instable qu’une personne qui trébuche dès que le sol est irrégulier… Il se n’agit plus seulement d’être résilient pour faire face aux défis des mois, voire des années à venir. Personne n’est en mesure de prédire l’avenir, même à moyen terme. L’agilité permettra à ceux qui s’y convertissent d’être plus efficaces quel que soit le contexte économique et sanitaire.
Avec près de 20 ans de pratique de l’approche Agile en conduite de projets, et grâce à son expertise en déploiement de solutions de traçabilité logistique et agroalimentaire, Acceliis vous conseille et vous accompagne dans votre transition vers une logistique plus agile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Appelez nous